Kouakou Rovia et les 40 sagesses - Plume Direct - Maison d'édition numérique associative - Olivier Rovia

Derniers messages du forum

Kouakou Rovia et les 40 sagesses

Auteur : Olivier Rovia

Publication : 7 décembre 2019

ISBN : 978-2-9534938-Je-6.038

Pages : 49

Prix : 2.00 €

Genre : Jeunesse – Contes et légendes

2,00

Partage

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur email

Description

Ce recueil présenté par Olivier Rovia nous plonge dans l’univers des contes arabes avec cette capacité des conteurs à tenir le lecteur en haleine. On imagine très bien le feu de camp, le silence du désert et la parole du sage qui s’élève pour raconter une parabole, propice à mettre en exergue la morale de l’histoire. Pour petits et grands, ces contes arabes seront appréciés de tous.

Extraits :

Maître Dinero, alias Monsieur la fortune, bien connu dans son village et au-delà de sa contrée pour être l’homme le plus riche, avait dans sa basse-cour, qu’il appelait affectueusement la royale-aux-étoiles ou la royale-aux-princesses, au milieu de la multitude d’oiseaux, parmi la nombreuse volaille, 7 cocottes qu’il aimait bien.

Belles, grasses et charmantes, sauf une.

Un jour, parce qu’il était de bonne humeur et pour mieux les reconnaître, Il décida, comme ça, d’accorder, d’attribuer, de donner à chacune d’elle, un nom, un prénom, un surnom, un sobriquet, une étiquette et même un numéro.

Comme cet homme très riche était peu sage, adepte et sympathisant des dieux multiples, il préféra leur donner les noms de chaque jour de la semaine, selon les significations qu’il savait.

Il commença par tirer au sort dans le tas une première poulette.

Et lui attribua le no1, et le petit nom de Soleil, puisque nous étions un dimanche. Puis Il se reposa.

__________________________

A la tête de la cavalerie royale se trouvait un homme estimé de la population. Très apprécié de son roi et traité avec maintes faveurs. Parce que, semble-t-il, il avait su conduire habilement ses troupes à chaque sortie, à chaque bataille vers la victoire, permettant ainsi au roi de conquérir d’autres territoires et d’affermir son autorité.

Sa renommée était telle qu’il était craint de tous, de toutes les contrées voisines.

Or il y avait dans cette cavalerie un soldat de rang sous ses ordres.

Ce soldat–là s’appelait Ti. En réalité c’est ce dernier qui faisait discrètement la renommée du chef des armées, le Général Malahoué, auprès de son chef, le roi et les autres.

Ici tout le monde le savait et en parlait souvent dans les rangs.

Comme il était simple soldat de rang, personne n’était jamais venu le féliciter ou l’encourager pour ces actes de bravoure et de héros.

Pas même ses responsables n’étaient venus parler de lui au roi.

Un jour, à la suite de la brillante victoire de la cavalerie sur la puissante rivale ; le roi décida de porter aux yeux de tous les louanges et mérites et de fêter en triomphe son armée.

 

Puisque le Général en chef n’était pas un soldat de métier, il décida …

____________________________

Au royaume des animaux, là-bas où le lion, semble–t-il est le roi, le chef, maître crapaud en faisait, dit-on un peu trop, en se proclamant prophète, et pas des moindres, le grand, le super prophète des pluies.

Car le pauvre, voyant par moment des signes, de fines rosées, et de petites larmes accompagner ses coassements, se dit alors « or donc je suis un voyant, je suis, peux devenir prophète.Celui–là même qui crie et la rosée vient. Celui–là même qui commande au ciel et il pleure. Celui-là même qui ordonne et les firmaments laissent couler des larmes, les étoiles s’effacent, les nuages se forment, se transforment en pluie.

Mais…

Au royaume des animaux, là-bas où le lion semble–t-il est le roi, le chef, maître crapaud en faisait dit-on un peu trop, en se proclamant prophète.

La famine était grande cette année-là au pays des hommes et aussi au royaume des animaux.

Car il n’était pas tombé, une goutte de pluie durant presque toute une année et la seconde s’annonçait déjà bien plus sèche.

La désolation était bien grande ici et là.

« Allons consulter, voir, le prophète, conseillèrent les anciens »

Comme le crapaud aimait bien à chanter aux fenêtres de tous qu’il était prophète, grand voyant de Dieu, tout le monde s’accorda de le consulter, …

 

Edité et distribué par la maison d’édition numérique associative Plume Direct

 

Avis

Il n'y pas encore d'avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Kouakou Rovia et les 40 sagesses”