Journal de bord du confinement – Plume Direct

Derniers messages du forum

Journal de bord du confinement

Titre : Journal de bord du confinement

Auteur : Laetitia Gand

Date : 04/04/2020

Isbn : 978-2-9534938-RT-7.037

Pages : 2

Prix : 1,00

1,00

Partage

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur email

Description

Texte de présentation :

Au moment où une partie de la France est confinée, tandis que d’autres risquent leur vie et celle de leur famille pour nous permettre de résister, voilà une belle occasion pour les auteurs d’écrire leurs impressions, ressentis, voire frustrations affectives ou autres. Merci à Laetitia de lancer ce mouvement, nous attendons d’autres récits. A vos plumes !

Extraits :

Journal de bord du confinement,

Dimanche 22 mars 2020. 9h30.

Mauvaise nuit. L’angoisse, sans doute. On pense beaucoup trop en ce moment. On voit trop de choses. Alors on essaie de s’accrocher à tous ces petits riens qui font que la vie vaut la peine d’être vécue et qui font qu’elle est vraiment belle. Même un smiley sur les réseaux sociaux fait notre bonheur au moins en pensant quelques secondes ou même une petite seconde. Le temps de sourire brièvement. Précieux. De redevenir un peu des enfants, insouciants.

Lever difficile. Les paupières lourdes et gonflées, les yeux cernés et l’envie de les frotter mais on nous a dit que ce n’est pas le top de se toucher le visage en ce moment. C’est risqué. La maison a ses bruits, elle craque. Il y a la bise dehors. Contraste avec les jours d’avant embaumés de soleil et cette nature qui reprend vie peu à peu, les oiseaux qui entonnent les chants joyeux d’un printemps qui se glisse progressivement, apportant son lot de couleurs et de beauté et de surprises.

Je croise mon fils dans la cuisine. Un ballet d’ailleurs se joue chaque jour dans le huit clos de la maison, un ballet entre silence et frottements doux des chaussons. Nous aurions du parquet à cirer que nous pourrions rejouer ensemble la danse de l’O Cedar dépoussiérant. Mais le sol est carrelé, un peu froid. À frissonner. Cela ne donne pas envie. Nos pas trainent et semblent enrhumés.

Le premier réflexe de mon fils n’est pas un bonjour enjoué…

Avis

Il n'y pas encore d'avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Journal de bord du confinement”