Derniers messages du forum

Forum

Navigation du forum
Vous devez vous identifier pour créer des messages et des sujets.

UN GRAND MERCI AU SPECTATEUR ANONYME

Séance dans une salle d'un grand complexe parisien. Pour aller voir "Camille", film relatant l'histoire véridique d'une jeune photo-reporter française partie en 2013 en Centrafrique couvrir la guerre civile et assassinée lors d'une mission en 2014.

Bien installée, comme j'aime, au dernier rang, personne devant moi, personne à côté alors que la salle est quasiment pleine, je m'apprête à suivre l'histoire de cette jeune femme engagée et courageuse. Plus de cinq minutes après le début du film, arrive un nouveau spectateur, africain, qui ne trouve rien de plus intelligent (à mon avis) que de venir prendre la place vide à côté de moi. Je râle (intérieurement) ; il faut que je me lève pour le laisser passer et suis obligée de récupérer mon sac et ma veste posés à côté. Il s'installe et je continue à râler (un peu et toujours intérieurement) car il a pris possession de l'accoudoir et de beaucoup d'espace.

Le film se déroule et au  moment ou un meurtre très sauvage se produit, mon voisin a une réaction particulièrement violente : il sursaute et émet quelques cris. Toujours intérieurement, je me dis qu'il aurait dû se renseigner sur le film avant de prendre sa place.

Arrive la moitié du film et j'ai l'impression qu'à côté de moi mon voisin pleure. Non pas les pleurs qui jaillissent souvent au cinéma au moment d'une émotion non contenue ; non, de vrais pleurs de douleur. La tête dans ses mains, il essaie de pleurer en silence. Et tout d'un coup, il se met à éclater en sanglots qui retentissent dans toute la salle. Des sanglots qui viennent visiblement des images qu'il ne supporte pas et qui semblent lui rappeler des souvenirs. Il se lève, je me lève pour le laisser sortir, sans cette fois me plaindre de cette gêne. J'ai plutôt envie de le prendre dans mes bras pour le consoler. A la fin de la séance, je l'ai vu en bas de la salle ; il était revenu une fois le trop plein d'émotion passé et n'a pas osé reprendre sa place pour ne pas nous déranger. Est-il Centrafricain ou Africain ? Je ne sais. Ce qui est sûr c'est que ces images ont réveillé chez lui un moment de son passé.

Je ne pense pas qu'il lise jamais ces lignes, mais si pas un hasard étrange, cela arrivait, qu'il sache combien je le remercie pour ce moment d'abandon qui m'a fait prendre conscience bien mieux que tous les reportages, de réalités qui, même si elles sont lointaines pour nous, n'en sont pas moins terribles. Un grand merci à lui pour ce moment d'humanité.

 

 

 

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

Abonnez-vous à notre newsletter